Un article écrit par Radio-Canada

Ukraine : une frappe russe déverse une « rivière de feu » à Kharkiv, sept morts

International > Conflits armés

Des pompiers ukrainiens tentent d’éteindre les flammes sur le site de l’attaque de drones à Kharkiv.Cliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
Des pompiers ukrainiens tentent d’éteindre les flammes sur le site de l’attaque de drones à Kharkiv.

Sept personnes ont été tuées, dont trois enfants, samedi, lors d'une frappe nocturne de drones russes sur une station-service à Kharkiv, grande ville du nord-est, qui a déversé une « rivière de feu » dans une rue et détruit une quinzaine de maisons.

Les terroristes russes doivent être mis face à la responsabilité de leurs actes, et ils le seront; les auteurs de tels crimes ne doivent plus rester impunis.

Volodymyr Zelensky, président de l'Ukraine

Selon les autorités locales, cette attaque, réalisée avec des drones de fabrication iranienne Shahed, a touché une station-service et provoqué le déversement de carburant enflammé. L'incendie s'est rapidement propagé, couvrant un large périmètre, et a conduit à l'évacuation d'une cinquantaine de personnes.

Ma belle-mère a appelé, elle a dit que ça brûlait [...] Puis, elle a rappelé et a commencé à crier que les flammes s'étaient propagées à la maison. Nous avons entendu les derniers cris et c'est tout, elle n'a plus donné signe de vie, a raconté à l'AFP Natalia, une proche de victimes.

Oleksandre Lagoutine est quant à lui resté en vie en parvenant à fuir les flammes. Il y a eu un boum, ça a pris feu, et en cinq minutes, nous avons eu une rivière de feu, témoigne-t-il.

Selon le gouverneur régional Oleg Synegoubov, sept personnes ont péri dans cette attaque, dont trois enfants : un âgé de sept ans, un de quatre ans et un bébé de six mois. Quatre personnes, dont un enfant, ont été sauvées des flammes, et une quinzaine de maisons ont été détruites.

Il y avait une famille dans l'une des maisons – cinq personnes. Deux parents et trois de leurs enfants. Ils sont tous morts, brûlés vifs. Dans un autre bâtiment, il y avait un homme qui ne pouvait plus marcher. Sa femme s'occupait de lui. Ils sont également morts, brûlés vifs.

Serguiï Bolvinov, un responsable de la police de Kharkiv

Selon lui, environ 3800 tonnes de carburant étaient stockées dans cette station-service, qui était aussi un dépôt pétrolier.

Toute la rue s'est transformée en une masse infernale en fusion. Le carburant s'étant mélangé à la neige qui a commencé à brûler de sorte que les maisons situées le long de la rue ont commencé à prendre feu, a expliqué M. Bolvinov.

Notre colère est absolue. Ce peuple paiera pour tout, s'est emporté sur Telegram le chef de l'administration présidentielle Andriï Iermak.

Frappes nocturnes

L'attaque de samedi survient après une série de frappes nocturnes à Kharkiv et plus à l'est, dans la ville de Velykyï Bourlouk.

Le gouverneur de la région de Kharkiv avait déclaré auparavant que des zones civiles avaient été touchées dans les deux localités, dont un café à Velykyï Bourlouk.

Ailleurs en Ukraine, deux personnes ont été tuées et deux autres ont été blessées lors d'une frappe russe sur le village de Veletynske, dans la région de Kherson (sud), a indiqué l'administration régionale.

Des frappes de drones russes ont aussi visé Odessa, grand port de la mer Noire, faisant quatre blessés atteints par des fragments d'engins abattus, selon le gouverneur Oleg Kiper. À Izmaïl, sur le Danube, les frappes ont détruit des installations industrielles, a-t-il ajouté.

Au total, 23 des 31 drones explosifs lancés par la Russie sur les régions de Kharkiv et d'Odessa ont été détruits en vol, a affirmé l'armée de l'air.

Zelensky discute avec Macron

Le chef de l'État ukrainien a par ailleurs indiqué samedi s'être entretenu avec son homologue français des besoins de l'Ukraine en armes et en munitions, à l'approche d'une visite d'Emmanuel Macron en Ukraine annoncée pour le mois de février.

Volodymyr Zelensky a remercié la France pour son soutien indéfectible.

M. Macron a réitéré la détermination de la France à apporter tout le soutien nécessaire, dans la durée et avec l'ensemble de ses partenaires, pour faire échec à la guerre d'agression de la Russie, a indiqué la présidence française.

Les deux pays sont en train de finaliser un accord de sécurité bilatéral.

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a de son côté appelé les Européens à accroître leur production d'armes pour augmenter les livraisons dont Kiev a cruellement besoin.

Moins d'une semaine avant la réunion des ministres de la Défense de l'OTAN à Bruxelles, les 15 et 16 février, il a insisté sur la nécessité de reconstituer et de développer plus rapidement la base industrielle européenne de défense.

L'Ukraine a répété à plusieurs reprises avoir notamment besoin de davantage de systèmes de défense antiaérienne pour faire face aux frappes de l'armée russe.