Un article écrit par Radio-Canada

Le détenteur du record du monde du marathon meurt dans un accident de voiture

Sports > Athlétisme

Kelvin Kiptum et son entraîneur Gervais HakizimanaCliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
Kelvin Kiptum et son entraîneur Gervais Hakizimana

Kelvin Kiptum est mort à 24 ans dans un accident de voiture en compagnie de son entraîneur, Gervais Hakizimana, dimanche au Kenya.

L'accident qui a coûté la vie à ces deux hommes est survenu entre les villages d'Eldoret et de Kaptagat, situés en altitude dans l'ouest du pays.

L'accident s'est produit vers 23 h [heure locale], a indiqué à la presse le commandant de police du comté d'Elgeyo Marakwet, Peter Mulinge.

C'est Kiptum qui conduisait en direction d'Eldoret et le conducteur a perdu le contrôle (du véhicule) [...], tuant les deux sur place. Une passagère a été blessée et a été transportée d'urgence à l'hôpital, a-t-il ajouté.

Le coureur kényan était devenu le premier homme à descendre sous la barre des 2 heures 1 minute en établissant la nouvelle marque mondiale en octobre dernier lors du marathon de Chicago en 2 h 0 min 35 s.

Il avait alors battu la marque détenue par son compatriote Eliud Kipchoge, seul homme à être descendu sous les deux heures, mais lors d'une course dans un environnement contrôlé et non homologuée par la Fédération internationale d'athlétisme.

Le record de Kiptum a été ratifié par World Athletics la semaine dernière.

Nous sommes bouleversés et profondément attristés d'apprendre la mort de Kelvin Kiptum et de son entraîneur, Gervais Hakizimana, a dit Sebastian Coe, le président de World Athletics, saluant dans un communiqué un athlète extraordinaire qui laisse un héritage extraordinaire.

En octobre dernier, le jeune Kényan avait volé sur le bitume de Chicago, accélérant sans fléchir pour battre le record du monde, moins d'un an après son premier essai sur la distance à Valence (2:01:53 en décembre 2022).

Une trajectoire folle, à l'opposé de celle du plus grand coureur de l'histoire, Kipchoge, contre qui il n'aura jamais couru. Les deux hommes auraient dû s'affronter cet été aux Olympiques.

Kiptum s'entraînait près de son village d'origine, Chepkorio, à une quarantaine de kilomètres d'Eldoret, haut lieu de la course à pied kényane.

Kiptum avait commencé à courir régulièrement en 2016. En 2019, il avait réussi deux semi-marathons très rapides en deux semaines, lorsque Gervais Hakizimana lui avait proposé de l'entraîner pour le marathon.

Forçat de l'entraînement, Kiptum courait régulièrement plus de 250 kilomètres par semaine, et parfois plus de 300, des chiffres rares même au très haut niveau, assurait son entraîneur, qui échangeait avec son coureur en swahili et en anglais.

Il ne fait que courir, manger, dormir, ajoutait son entraîneur, d'origine rwandaise, mais qui vivait entre le Kenya et la France.

Le décès de Kiptum à 24 ans rappelle la mort brutale d'un autre grand marathonien kényan, Samuel Wanjiru, au même âge.

Wanjiru, champion en 2008 aux Jeux olympiques de Pékin, avait trouvé la mort en 2011 après avoir chuté d'un balcon.