Un article écrit par Radio-Canada

Haïti : plus de 53 000 personnes ont fui Port-au-Prince en mars

International > Politique internationale

Sans président ni Parlement en exercice, Haïti est livrée à la violence des gangs qui a plongé le pays appauvri dans le chaos. (Photo d'archives)Cliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
Sans président ni Parlement en exercice, Haïti est livrée à la violence des gangs qui a plongé le pays appauvri dans le chaos. (Photo d'archives)

Plus de 53 000 personnes ont fui Port-au-Prince entre le 8 et le 27 mars, dans leur immense majorité pour échapper à la violence des gangs qui ravagent la capitale haïtienne, révèle mardi l'Organisation internationale pour les migrations.

En plus de créer des déplacements à l'intérieur de la ZMPP [Zone métropolitaine de Port-au-Prince], les attaques et l'insécurité généralisée poussent de plus en plus de personnes à quitter la capitale pour trouver refuge dans les provinces, en prenant les risques de passer par des routes contrôlées par des gangs, note l'OIM.

Elle a lancé une collecte de données pour pouvoir mieux appréhender le phénomène et allouer les moyens nécessaires là où les besoins sont les plus pressants.

Les premières conclusions de cette étude révèlent que 53 125 personnes ont quitté la zone métropolitaine lors de la période sous revue, dont 61 % se sont rendus dans les départements du Grand Sud du pays.

Une région qui accueille déjà plus de 116 000 personnes qui avaient en grande partie fui la ZMPP durant les mois passés, note l'OIM.

Huit personnes sur 10 sont parties à cause des violences des gangs et près de 6 sur 10 indiquent qu'elles resteront en dehors de la ZMPPaussi longtemps que nécessaire.

Plus de la moitié des personnes (53 %) ont indiqué avoir choisi leur destination finale, car elles en sont originaires. Par ailleurs, la quasi-totalité des personnes interrogées (97 %) ont mentionné avoir une famille qui allait les accueillir.

Peut-être plus surprenant, quand les autorités des pays proches craignent une vague de réfugiés, 96 % des personnes interrogées ont indiqué vouloir rester en Haïti. Seulement 3 % veulent partir en République dominicaine voisine et moins de 1 % vers les États-Unis et le Brésil.

Entre pauvreté et crises politiques

Haïti n'a plus de président depuis l'assassinat de Jovenel Moïse en 2021 et n'a plus de Parlement en exercice. Les dernières élections ont eu lieu en 2016.

Le pays est ravagé depuis des décennies par la pauvreté, les catastrophes naturelles, l'instabilité politique et la violence des gangs.

Depuis fin février, les puissants gangs haïtiens se sont associés pour attaquer les postes de police, les prisons, l'aéroport et le port maritime dans le but d'évincer le premier ministre Ariel Henry.

Très contesté, M. Henry a annoncé le 11 mars qu'il démissionnerait pour laisser la place à un soi-disant conseil de transition.

Mais trois semaines plus tard, le conseil n'a toujours pas été formé, en raison de désaccords entre les partis politiques et les autres parties prenantes qui doivent nommer le prochain premier ministre, ainsi que de doutes sur la légalité même d'un tel organe.