Un article écrit par Radio-Canada

L’Alberta attire des Britanno-Colombiens fatigués du coût de la vie

Économie > Logement

Près de 70 000 personnes ont quitté la Colombie-Britannique en 2023, en majorité pour l'Alberta.Cliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
Près de 70 000 personnes ont quitté la Colombie-Britannique en 2023, en majorité pour l'Alberta.

Les Britanno-Colombiens qui ont quitté la province en 2023 ont été plus nombreux que ceux qui s'y sont installés, le solde migratoire interprovincial étant négatif (-8624) pour la première fois depuis 2012, selon Statistique Canada.

La plus grande partie de la perte de population subie par la Colombie-Britannique a été attribuable à la migration vers l'Alberta, soit 37 650 personnes qui ont déménagé dans la province voisine.

En tout, près de 70 000 personnes ont quitté la province l'an dernier.

Kolten Willick, un Britanno-Colombien de quatrième génération, a quitté Kelowna pour Edmonton en 2021 en raison du coût de la vie trop élevé.

Habiter en Colombie-Britannique n’était plus abordable , explique-t-il.

Il dit que, maintenant, il paie 700 $ de loyer de moins par mois pour un logement deux fois plus grand. Ses coûts d'épicerie sont aussi moins élevés et il gagne davantage d’argent dans un emploi similaire.

C'est l'Alberta qui a présenté le solde migratoire interprovincial le plus élevé en 2023, ajoutant 55 107 personnes à sa population.

Il s'agit de la croissance la plus prononcée au chapitre de la migration interprovinciale à l'échelle nationale depuis que des données comparables sont disponibles, soit 1972.

Croissance de population

Malgré les départs interprovinciaux, la population de la Colombie-Britannique a augmenté en 2023, pour atteindre 5,6 millions d'habitants au 1er janvier 2024, soit une hausse de 178 515.

Cette augmentation s’explique en partie par l’arrivée de 70 000 immigrants durant la dernière année.

Le ministre du Logement de la Colombie-Britannique, Ravi Kahlon, a admis dans un communiqué que la province fait face à plusieurs défis : Nous continuons à prioriser des mesures pour réduire les coûts pour les Britanno-Colombiens, surtout le logement, et à offrir des programmes et des services pour les aider.