Un article écrit par Radio-Canada

Cinq choses à surveiller aux prix Emmy

Arts > Télé

Repoussés en raison des grèves à Hollywood, les prix Emmy honoreront cette année des productions télévisées dévoilées en 2022.Cliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
Repoussés en raison des grèves à Hollywood, les prix Emmy honoreront cette année des productions télévisées dévoilées en 2022.

La 75e cérémonie des prix Emmy sera diffusée lundi sur la chaîne Fox.

Repoussé de quatre mois à cause de la grève des acteurs et des scénaristes d'Hollywood, le gala des prix Emmy aura finalement lieu lundi. La dernière saison de Succession, diffusée sur HBO, part grande favorite dans les catégories regroupant les séries dramatiques.

Voici cinq points à surveiller durant cette soirée qui récompense les productions télévisuelles américaines.

Le triomphe attendu de Succession

La série Succession suit les luttes intestines de la richissime famille Roy, une dynastie aux commandes d'un puissant empire médiatique. Avec 27 nominations, elle est la grande favorite, notamment pour le prix de la meilleure série dramatique qu'elle a déjà remporté deux fois.

Comme dans le scénario, ses têtes d'affiche vont s'affronter à l'occasion d'une ultime bataille aux prix Emmy. En effet, trois membres de la distribution sont en lice pour le prix du meilleur acteur dans une série dramatique : Kieran Culkin, qui incarne l'héritier effronté de la famille, est pressenti pour devancer ses partenaires Jeremy Strong et Brian Cox.

Dans les autres catégories, Sarah Snook devrait être élue meilleure actrice pour son rôle de seule femme héritière de la dynastie. Et Matthew Macfadyen, son mari à l'écran, devrait confirmer la domination outrageuse de la série en étant élu meilleur acteur pour un second rôle masculin.

Des concurrents de qualité

Le triomphe annoncé pour le chant du cygne de Succession devrait nourrir les regrets de ses concurrents, loin de manquer de qualité, cette année.

The Last of Us s'est imposé comme la meilleure adaptation d'un jeu vidéo jamais réalisée pour la télévision.

Ce récit post-apocalyptique, situé dans un futur envahi de zombies, a déjà raflé huit catégories techniques, attribuées à l'avance. Mais à la cérémonie de lundi, il pourrait bien rentrer bredouille, à moins que le duo de survivants formé par Pedro Pascal et Bella Ramsey ne signe un coup d'éclat.

De son côté, The White Lotus, satire piquante sur l'hypocrisie qui gouverne les milieux aisés, a transformé l'essai avec une deuxième saison réussie en Sicile. Jennifer Coolidge, seule vedette de la saison originelle – à Hawaï – à avoir fait le voyage, part grande favorite pour le Emmy du meilleur second rôle féminin dans une série dramatique.

Les effets de la grève

Du côté des comédies, The Bear, qui raconte l'envers mouvementé des cuisines d'un restaurant de Chicago, part grand favori. Mais seulement pour sa première saison, pas pour sa deuxième, qui a obtenu un franc succès.

En raison de la grève des acteurs et scénaristes d'Hollywood, qui a paralysé l’industrie pendant six mois l’an dernier et empêché la tenue de la cérémonie à sa date habituelle, en septembre, les prix Emmy honoreront cette année des productions dévoilées en 2022.

Comme les autres candidats, The Bear verra sa deuxième saison concourir aux prochains prix Emmy, à l'automne.

Cette faille temporelle risque de semer la confusion chez de nombreux téléspectateurs, lundi. La catégorie meilleure comédie voit ainsi concourir l'ultime saison de Ted Lasso, qui suit les aventures d'un entraîneur de football américain parachuté dans une équipe de soccer anglaise et qui s'est terminée au printemps dernier.

Les miniséries

L'univers des miniséries, réservé aux productions limitées à une saison, est encore très compétitif cette année.

Beef et Dahmer partent favoris avec 13 nominations chacun.

La première série, où Ali Wong campe une chauffarde en quête de vengeance après un accrochage dans un stationnement de Los Angeles, pourrait valoir une récompense à l'actrice. Quant à la deuxième production Netflix, Evan Peters y est sans doute trop glaçant en tueur en série de l'Amérique des années 80 pour repartir les mains vides.

Les cotes d’écoute

Reste à savoir si les prix Emmy parviendront à enrayer la baisse inexorable de leur audience, contrairement aux Oscars qui ont su rebondir après la pandémie. L'an dernier, 5,9 millions de téléspectateurs étaient au rendez-vous.

Le report des prix Emmy en plein mois de janvier n'arrange pas les organisateurs. Outre le casse-tête temporel promis à de nombreux téléspectateurs, la cérémonie a moins de visibilité, car elle se retrouve coincée entre d'autres événements majeurs d'Hollywood, soit les Golden Globes, les Grammy et l’annonce des nominations aux Oscars.