Un article écrit par Radio-Canada

Les parts de marché du cinéma québécois sur grand écran sont en hausse

Arts > Cinéma

« Le temps d'un été », de la réalisatrice Louise Archambault, arrive en tête des films québécois ayant engrangé les meilleures recettes au guichet en 2023, soit 2,1 millions de dollars.Cliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
« Le temps d'un été », de la réalisatrice Louise Archambault, arrive en tête des films québécois ayant engrangé les meilleures recettes au guichet en 2023, soit 2,1 millions de dollars.

Grâce à des succès comme Le temps d'un été, Testament ou Les hommes de ma mère, le cinéma québécois sur grand écran a connu une hausse de ses parts de marché. Les meilleures recettes au guichet demeurent toutefois engrangées par des films américains.

Le cinéma québécois a gagné presque trois points de pourcentage de 2022 à 2023 dans ses parts de marché, passant de 7,3 % à 10,2 %, selon la firme Cinéac, qui compile depuis 1993 les recettes de tous les films présentés sur les écrans du Québec.

Les films américains ont obtenu près de 82 % des parts de marché au Québec en 2023. Les films français vont quant à eux chercher autour de 3 %, et ceux des autres pays, autour de 5 % des parts de marché.

Selon Cinéac, les recettes au guichet des films québécois ont atteint 16,6 millions de dollars en 2023, alors qu'elles étaient d'environ 13 et 14 millions en 2019 et en 2018, avant la pandémie. Ces recettes avaient atteint 20 millions de dollars en 2017 grâce aux suites de deux comédies très populaires, De père en flic 2 et Bon cop, bad cop 2. Toutefois, mis à part cette année exceptionnelle, les recettes au guichet des films québécois naviguaient plutôt entre 8,8 millions et 14 millions de dollars de 2014 à 2019.

L'année de Louise Archambault

Le temps d'un été, de la réalisatrice Louise Archambault, arrive en tête des films québécois ayant engrangé les meilleures recettes au guichet en 2023, soit 2,1 millions de dollars, selon la firme Cinéac. C'est aussi le seul film québécois, à faire partie des 20 plus populaires de l'année dans la province.

Suivent Testament et Les hommes de ma mère, qui ont généré autour de 1,7 million de dollars. Le film d'animation Katak, le brave béluga a récolté 1,5 million, et Ru, sorti avant les Fêtes et toujours à l'affiche, a fait jusqu'ici 1,4 million. Simple comme Sylvain a quant à lui récolté un peu plus de 1 million.

Les chiffres de Cinéac semblent par ailleurs suggérer que la population québécoise a renoué avec le grand écran après la pandémie, mais qu'elle ne va pas encore aussi souvent au cinéma qu'avant 2020.

Les recettes au guichet, tous films confondus, ont atteint 163,7 millions de dollars en 2023, comparativement à 176,7 millions en 2019, une baisse de 7,4 %. De 2014 à 2019, ces recettes au guichet des cinémas se situaient entre 172 et 183 millions environ.

Les Québécoises et Québécois ont été nombreux l'an dernier à aller voir Super Mario Bros, qui a fait 12 millions de dollars aux guichets. De plus, c'est Barbie qui a dominé la rivalité du phénomène Barbeinheimer au Québec avec 11,4 millions de dollars, contre 6,6 millions pour Oppenheimer. Suivent une brigade de superhéros et les plus récentes moutures de Mission impossible, d'Indiana Jones et de Rapides et dangereux, notamment.