Un article écrit par Radio-Canada

Monia Chokri en lice pour un prix César avec Simple comme Sylvain

Arts > Cinéma

Le film de Monia Chokri affrontera dans sa catégorie « Oppenheimer », de Christopher Nolan. Cliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
Le film de Monia Chokri affrontera dans sa catégorie « Oppenheimer », de Christopher Nolan.

Le film Simple comme Sylvain, de la réalisatrice québécoise Monia Chokri, est en nomination aux prix César, la plus grande cérémonie du cinéma français, dans la catégorie du meilleur film étranger, où il affrontera entre autres Oppenheimer.

La comédie sentimentale, qui met en vedette Magalie Lépine-Blondeau et Pierre-Yves Cardinal, avait reçu une ovation de sept minutes lors de sa première mondiale, à Cannes, en mai 2023. Il a ensuite été récompensé au Festival de Cabourg, dans le nord de la France, où il a remporté le Grand prix du jury et le Prix de la jeunesse.

Le film raconte l’histoire de Sophia, 40 ans, une professeure de philosophie qui vit depuis 10 ans avec Xavier, prof de science politique. Sa vie bascule le jour où elle rencontre Sylvain, un entrepreneur des Laurentides dont le mode de vie est aux antipodes du sien. Elle quittera tout afin de vivre une passion dévorante avec lui.

Dans la course au César du meilleur film étranger, Simple comme Sylvain affrontera Oppenheimer, de Christopher Nolan, L’enlèvement, de Marco Bellocchio, Les feuilles mortes, d’Aki Kaurismäki et Perfect Days, de Wim Wenders.

Un autre artiste du Québec pourrait mettre la main sur un César : le directeur de la photographie montréalais Nicolas Bolduc, en lice dans la catégorie de la meilleure photo pour son travail sur Les trois mousquetaires : D’Artagnan et sa suite, Les trois mousquetaires : Milady.

10 nominations pour Anatomie d’une chute

Les nominations des César, dévoilés mercredi, font la part belle au thriller Anatomie d’une chute, de Justine Triet, qui a récolté cinq nominations aux Oscars mardi.

Le film, qui a remporté la Palme d’or à Cannes en 2023, est en lice dans 10 catégories, dont celle du meilleur film, de la meilleure actrice (Sandra Hüller) et de la meilleure réalisation.

Avec Catherine Breillat (L’été dernier) et Jeanne Henry (Je verrai toujours vos visages), elle est l’une des trois femmes en lice dans cette dernière catégorie, un an après la polémique entourant l'absence de représentation féminine pour cette distinction aux César. Ce trophée n'a été décroché qu'une seule fois par une femme, Tonie Marshall, pour Vénus beauté (Institut) en 2000.

Bien qu’il soit en lice dans 10 catégories, Anatomie d’une chute pourrait remporter jusqu’à 11 prix César, puisque deux de ses interprètes sont en compétition pour le prix du meilleur acteur dans un second rôle : Swann Arlaud et Antoine Reinartz.

Le film retrace le procès d'une femme accusée d'avoir tué son mari, avec pour seul témoin le garçon malvoyant du couple.

Au début de janvier, une enquête a été ouverte sur une accusation de viol à l'encontre de l'acteur qui joue le mari, Samuel Theis, après le dépôt d'une plainte par un technicien de 27 ans, pour des faits qui se seraient produits l'été dernier, lors du tournage du film Je le jure, qu'il réalisait.

Le règne animal en position de tête 

Le film de Justine Triet est toutefois devancé d'une courte tête au chapitre des nominations par Le règne animal, de Thomas Cailley. Ce film fantastique qui se déroule dans un futur proche, où des êtres humains ont commencé à muter en créatures animales, a récolté mercredi 12 nominations, notamment pour le meilleur film, la meilleure réalisation et le meilleur acteur (Romain Duris). 

Les 3375 membres de l'Académie des César qui ont voté pour les nominations ont désormais un mois pour choisir les lauréats et lauréates, avant la tenue de la cérémonie, le 23 février à L'Olympia de Paris.

Un César d'honneur sera remis au cinéaste américano-britannique Christopher Nolan, réalisateur d'Oppenheimer.