Un article écrit par Charles Rioux

L’ONF ferme ses studios interactifs

Arts > Arts visuels

Les studios interactifs de l'ONF ont créé depuis 2009 plus de 200 œuvres novatrices, comme l'expérience de réalité virtuelle « CHOM5KY vs CHOMSKY ». Cliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
Les studios interactifs de l'ONF ont créé depuis 2009 plus de 200 œuvres novatrices, comme l'expérience de réalité virtuelle « CHOM5KY vs CHOMSKY ».

L’Office national du film (ONF) a annoncé la fermeture de ses studios interactifs de Vancouver et de Montréal, afin de réinvestir environ 3,5 millions $ au sein de l’institution, notamment en production supplémentaire de documentaires et de films d’animation.

La décision, qui entrera en vigueur le 22 février, implique la perte de 14 postes à temps plein, mais aussi la création à terme d’une demi-douzaine de nouveaux emplois, a expliqué l’ONF dans un communiqué émis lundi.

Créés en 2009, les studios interactifs ont agi comme incubateur de propositions artistiques immersives et interactives, produisant plus de 200 œuvres novatrices et collaborant avec plus de 500 artistes. L’ONF a notamment exploré les possibilités narratives du web, du mobile, de l’installation, de la performance, des réseaux sociaux, ainsi que des réalités virtuelle, augmentée et mixte.

Une insulte à lintelligence, selon la réalisatrice Vali Fugulin

Aujourd’hui, le secteur privé a pris la relève et produit nombre d’œuvres d’envergure. L’ONF, pour sa part, a rempli sa mission, a affirmé l'institution pour expliquer sa décision.

En 2009, nous étions des pionniers en la matière; aujourd’hui, force est de constater qu’il nous faudrait minimalement doubler le budget actuel des studios pour poursuivre pleinement ce mandat, a ajouté sa commissaire, Suzanne Guèvremont.

Vali Fugulin, réalisatrice et créatrice d’expériences interactives qui a tenu une résidence de deux ans à l’ONF, peine toutefois à comprendre la décision de l’institution. Ce communiqué, c’est une insulte à l’intelligence, a-t-elle expliqué au micro d’Ariane Cipriani, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18 sur ICI Première.

C’est comme si on disait : "L’ONF fait du documentaire depuis 75 ans, arrêtons d’en faire parce que le privé a pris le relais", dit-elle. Mais non; ce qui se fait dans le privé est complémentaire à ce qui se fait à l’ONF. Les deux doivent coexister.

On perd un organisme phare qui, à travers le monde, a remis l’ONF sur la carte.

Vali Fugulin, cinéaste et créatrice d’expériences interactives

Selon la réalisatrice, les contenus produits par les studios interactifs ont d’ailleurs connu un rayonnement bien plus grand que les documentaires et les films d’animation dans les dernières années.

[Pour le jeu documentaire] Fort McMoney, qui était produit par ONF interactif et Urbania, on parle d’un million de visites. Do Not Track, un autre projet, c’est aussi un million de visites, a-t-elle souligné.

L’ONF affirme que les sommes dégagées par les fermetures seront réinvesties à hauteur de 1,5 million $ supplémentaire dans la production de documentaires et de films d’animation, ainsi que de 2 millions $ pour des initiatives innovantes destinées à améliorer nos méthodes de production et de distribution et à accroître l’engagement des auditoires.

Des productions qui font réfléchir

Parmi les productions marquantes des studios interactifs de l’ONF, on compte notamment l’expérience de réalité virtuelle CHOM5KY vs CHOMSKY : une curieuse conversation sur l’intelligence artificielle, de la réalisatrice et productrice Sandra Rodriguez.

Muni d’un casque de réalité virtuelle, le public était invité à interagir avec une entité artificielle inspirée du célèbre linguiste américain Noam Chomsky, pour une discussion en profondeur des rouages de l’apprentissage automatique.

On peut également souligner le Musée de la symétrie, une application proposant un jeu d’aventures en réalité virtuelle dans l’univers de la bédéiste et animatrice Paloma Dawkins, ou encore Fort McMoney, un jeu documentaire en temps réel dans lequel le public était invité à prendre les commandes de Fort McMurray, en Alberta, troisième réserve mondiale de pétrole.