Un article écrit par Radio-Canada

Le créateur du Guide de l’auto, Jacques Duval, est décédé

Arts > Médias

Jacques Duval en 2017. (Photo d'archives)Cliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
Jacques Duval en 2017. (Photo d'archives)

Le créateur du Guide de l’auto et chroniqueur automobile Jacques Duval est décédé mardi à l’âge de 89 ans. C'est sa famille qui, jeudi, a fait l'annonce de son décès, survenu au terme d'une longue maladie.

Jacques Duval était un pionnier des chroniques automobiles; il avait pris cette avenue après sa carrière de pilote.

Sur les ondes de Radio-Canada, il a animé l'émission Prenez le volant, une série hebdomadaire sur l'automobile diffusée de 1966 à 1974. En parallèle, il a créé et publié, à compter de 1967, Le Guide de l’auto, rapidement devenu un incontournable pour tous les amateurs d’automobiles du Québec.

À titre de pilote, il a remporté le Championnat du Québec à cinq reprises, entre 1964 et 1971, gagnant notamment le Grand Prix de Trois-Rivières en 1967.

En 1971, il a triomphé aux 24 Heures de Daytona dans la catégorie GT, devenant ainsi le premier Canadien à remporter une victoire internationale.

L'humoriste et comédien Michel Barrette était un ami de longue date de Jacques Duval. Mon amour de la course automobile est né grâce à Jacques, a-t-il dit sur ICI Première jeudi.

Les deux hommes ont même repris et coanimé Prenez le volant au début des années 2000.

Jacques, c'était un homme intègre, on ne pouvait pas l'acheter. Si la bagnole n'était pas à son goût, il disait pourquoi. Si elle était formidable : "Eh bien, voici pourquoi", mais on ne pouvait pas l'acheter, affirme le comédien, qui avait 13 ans lorsqu'il a mis la main sur un Guide de l'auto, qu'il a appris par cœur.

C'était aussi quelqu'un qui a fait le tour du monde plusieurs fois, [non seulement] à cause de la course automobile mais aussi parce que c'était un intellectuel de première [...]. Au-delà de l'automobile, il y avait un grand Jacques Duval, ajoute l'humoriste.

Jacques Duval était aussi reconnu pour son souci de faire usage d'un français châtié lorsqu'il parlait des composantes d'une auto, dont les noms étaient alors largement anglicisés dans le langage courant.

Le pilote et chroniqueur a reçu de nombreux honneurs. Il a entre autres été intronisé au Temple de la renommée du sport automobile canadien.

En 2011, le gouvernement du Québec lui a décerné le prix Georges-Émile-Lapalme pour sa contribution au développement culturel de la société québécoise.