Un article écrit par Valérie Cloutier

Une nouvelle sortie d’album pour Don Juan

Arts > Arts de la scène

L’album du spectacle Don Juan connaît un nouveau lancement au Québec, en prélude à plusieurs représentations qui seront offertes dans différentes villes du Québec en 2024, soit 20 ans après la création de ce spectacle écrit et composé par Félix Gray. Nous avons rencontré l’artiste qui était de passage à Québec à quelques jours de la Saint-Valentin.

Question. Bonjour, Félix Gray. Vous arrivez de la Chine où le spectacle Don Juan a amorcé une tournée internationale. Comment a-t-il été accueilli là-bas?

Félix Gray: Bonjour. Oui! On arrive de Shanghai. On y a joué le spectacle Don Juan. Ç’a été magnifique! Une magnifique expérience et un magnifique accueil en Chine!

Q.: Le spectacle y était présenté en français. Est-ce le même spectacle qu’on verra à Québec en août et septembre prochains?

F. G.: Absolument le même. Le même spectacle, avec les mêmes artistes, mais à une seule nuance. C'est qu’à Shanghai, il y avait des sous-titres sur des écrans situés de chaque côté de la scène. C'était assez impressionnant de voir ça! C’était écrit en chinois de chaque côté, puis le spectacle était donné en français.

Q.: 20 ans après la première mouture, qu'est-ce qui est nouveau dans ce spectacle? Comment est la chimie sur scène?

F. G.: C'est toujours nouveau, un spectacle. C'est ce qui est magnifique dans la comédie musicale. Ce n’est pas un film, ce n’est pas figé sur une pellicule pour le reste des temps. Dans un spectacle vivant, chaque artiste, chaque nouvel artiste amène une nouvelle interprétation du personnage. C'est ça qui est magnifique! Et, on a un nouveau casting pratiquement. Bien! Pratiquement tout nouveau, à part Philippe Berghella et Cindy Daniel qui étaient de l'ancienne époque. Le nouveau casting amène vraiment quelque chose d'incroyable à ce spectacle!

Q.: C’est cette nouvelle distribution qu’on entend sur l'album qui est lancé ces jours-ci. Dans la nouvelle chanson qu’on y découvre, Ensemble, on dirait qu’on entend tous les solistes. Est-ce le cas?

F. G.: Ils sont tous là, sauf, malheureusement, la petite Alyzée Lalande qui a eu une extinction de voix, le jour de l'enregistrement. Ces nouveaux artistes reprennent finalement des chansons qui ont déjà existé. Et j'aime tellement mes artistes que j'ai voulu leur faire un cadeau, qu’eux dans cette nouvelle troupe de Don Juan, allaient avoir leur inédit, la chanson inédite qui est écrite spécialement pour cette troupe. Maintenant elle ne sera pas à l'intérieur du spectacle. Elle sera certainement dans le rappel.

Q.: Quelle chanson a eu le plus de succès à l’époque, en 2004?

F. G.: Celle qui a eu le plus de succès, c’est Changer. C'est d'ailleurs la chanson qui est restée le plus longtemps numéro un, au Québec, dans les radios. Elle a battu tous les records. Plus que des chansons de Madonna ou même de Céline Dion, ou même de je ne sais qui. C'est la chanson qui a été le plus longtemps numéro un.

Q.: Une ballade?

F. G.: Absolument, un duo, une ballade de Jean-François et de Marie-Ève Janvier. D’ailleurs, ils n'ont pas changé. Ils sont restés ensemble, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise? (rires)

Q.: Ça leur a porté chance. Ils se sont connus durant ce spectacle?

F. G. Oui, sur le spectacle.

Q.: On l’a souvent vu au cinéma et au théâtre, Don Juan. Quel genre de Don Juan est présenté dans votre comédie musicale?

F. G.: J'ai peut-être commis le crime de lèse-majesté. Mon Don Juan, finalement, va tomber amoureux. Ce qui n'arrive jamais, que ce soit chez Molina ou chez Molière, chez tous ceux qui ont écrit sur Don Juan. Le mien tombe amoureux. Finalement, ça va être à la fois sa punition et son salut.

Q.: Qu'entendez-vous par une punition?

F. G.: Parce qu'il ne connaissait pas ce sentiment-là, ça l'impressionne. Et quand on tombe amoureux, pour un homme qui n'est jamais tombé amoureux, qui n'a d'ailleurs aucune amitié ni affection pour personne, ni respect pour les uns ni respect pour les autres, le fait de tomber amoureux amène en même temps, des sentiments qu'il ne connaît pas, comme la jalousie. Et, ce sentiment de jalousie, pour lui, c'est comme un coup de poing, un coup de poignard. C'est ça qui renverse complètement ce personnage.

Ces propos ont été édités à des fins de clarté et de concision