Un article écrit par Radio-Canada

Le nouvel album de Joseph Edgar, une véritable « renaissance post-pandémique »

Arts > Musique

L'auteur-compositeur-interprète Joseph Edgar sort son nouvel album vendredi. Cliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
L'auteur-compositeur-interprète Joseph Edgar sort son nouvel album vendredi.

L’auteur-compositeur-interprète acadien Joseph Edgar lancera vendredi son 8e album. Aux sonorités folk, rock et pop, l’album éponyme est « chargé en émotions » et explore en profondeur les hauts et les bas de l’expérience humaine.

Grandement inspiré par les contrecoups de la pandémie, l’album raconte entre autres les complexités d’une rupture amoureuse et aborde la déconstruction et la reconstruction de soi.

Tout le monde a passé à travers un rough time pendant la pandémie et des fois sortir de cela a fait des changements de vie. Ç'a été le cas pour moi, dit Joseph Edgar. C’est quand même un album assez personnel qui touche à bien des thématiques que plusieurs ressentent dans la vie.

On n’écrit pas à propos de soi, mais on écrit à partir de soi. Je pense que c’est à peu près cela que j’ai voulu faire avec cet album, en relatant un peu les choses que je ressentais, mais aussi que je voyais plein de gens autour de moi ressentir.

Joseph Edgar

Pendant la pandémie, Joseph Edgar avait déjà lancé deux minialbums, Peut-être un rêve et Peut-être un rêve II. Ce n’était pas des projets d’album comme tel, c’était plutôt des projets pour se tenir occupé et rester dans l’eau, précise-t-il.

Son nouvel album éponyme, d’une durée de 33 minutes, a plutôt été conçu pour offrir une écoute continue.

Je pense que c’est, de A à Z, un album qui se tient bien. C’est l’album que j’ai pris le plus de temps à travailler dessus, poursuit Joseph Edgar. Il est plus dans les émotions, moins dans juste raconter des histoires.

Osciller entre la noirceur et lumière

Habitué à réaliser seul ses albums, Joseph Edgar a, cette fois, fait appel à l’artiste Benoît Bouchard pour la coréalisation.

J’avais besoin d’avoir un second regard, explique-t-il. Il a trouvé une façon d’aller chercher plus de lumière, parce que je trouvais que les chansons étaient sombres un peu.

Le produit fini, avec sa touche plus entraînante et positive, marque une évolution artistique aux yeux de Joseph Edgar, puisqu’il faut une certaine maturité pour arriver à faire confiance à autrui dans ce type de processus créatif.

Je sais que moi, j’ai toujours voulu ne pas me répéter […] j’ai toujours voulu me challenger un petit peu plus, dit Joseph Edgar.

Par ailleurs, des vidéoclips de cinq chansons de l’album ont été tournés à Moncton, avec le réalisateur Julien Cadieux. Je trouvais que c’était le fun de retourner aux racines, non seulement pour la musique, mais aussi pour le visuel, explique Joseph Edgar, originaire de la ville.

L’un des vidéoclips, Le Heavy Side of Love, est aussi la pièce phare de l’album. La chanson bilingue explore les côtés sombres et lumineux des relations ainsi que l’aspect universel de l’amour, qui transcendent les langues.

Le nouvel album de Joseph Edgar sera disponible sur les plateformes en ligne, en CD et en vinyle dès le 5 avril. Le 10 avril, une soirée de lancement a aussi lieu à la microbrasserie Le Cheval Blanc, à Montréal.

Petit clin d’œil : son premier album solo, La lune comprendra, avait aussi été lancé un 10 avril, en 2004… Le jour de son anniversaire! On fait comme la boucle, lance Joseph Edgar.

Une tournée dans les Maritimes est aussi prévue, mais les dates ne sont pas encore annoncées. J’ai hâte de reprendre la route et de faire de la scène, assure l’artiste acadien. Ça fait partie de moi, ça aussi.

Avec les informations de Kristina Cormier