Un article écrit par Radio-Canada

Billie Eilish et Pearl Jam appellent à protéger la création musicale face à l’IA

Arts > Musique

Plus de 200 artistes ont signé une lettre ouverte dénonçant les menaces posées par l'IA en musique. (Photo d'archives)Cliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
Plus de 200 artistes ont signé une lettre ouverte dénonçant les menaces posées par l'IA en musique. (Photo d'archives)

Plus de 200 artistes de renom, dont Billie Eilish, Nicki Minaj et Smokey Robinson, ont appelé à mieux protéger la création et les droits des auteurs face aux menaces posées par l'intelligence artificielle (IA), qui peut « détruire l'écosystème de la musique », dans une lettre ouverte diffusée mardi.

Nous devons nous protéger contre une utilisation prédatrice de l'IA pour voler les voix et les ressemblances des artistes professionnels, violer les droits des créateurs et détruire l'écosystème de la musique, écrivent aussi Katy Perry, Norah Jones, Camila Cabello et les héritiers de Bob Marley ou de Frank Sinatra dans cette lettre ouverte portée par l'organisation Artist Rights Alliance.

Nous demandons à toutes les plateformes de musique numériques et à tous les services musicaux de s'engager à ne pas développer ou déployer de technologies, de contenus ou d'outils de génération de musique par l'IA qui sapent ou remplacent l'art humain des auteurs-compositeurs et des artistes, ou qui nous privent d'une juste rémunération pour notre travail, peut-on encore lire dans cette lettre signée également par les groupes Pearl Jam et REM.

Le développement de l'IA dite générative fait craindre de nombreuses menaces sur la création artistique, avec la possibilité notamment de reproduire des voix célèbres.

Pour les signataires de la lettre, l'intelligence artificielle recèle un potentiel énorme pour faire progresser la créativité humaine, mais certaines des plus grandes et puissantes entreprises sont en train d'utiliser sans notre autorisation notre travail pour former des modèles d'IA.

L’exemple du Tennessee

Le mois dernier, l'État du Tennessee – l'un des centres névralgiques de l'industrie musicale grâce à Nashville – a été le premier aux États-Unis à adopter une loi visant à protéger les professionnels de l'industrie musicale contre les menaces de l'IA avec son ELVIS Act (Ensuring Likeness, Voice, and Image Security Act).

La loi, qui entrera en vigueur le 1er juillet et a été saluée par des acteurs de premier plan de l'industrie musicale, interdit notamment que les outils d'IA générative reproduisent la voix d'un artiste sans son consentement.

Une loi similaire est en cours d'examen au niveau fédéral, au Congrès américain, et dans plusieurs autres États.

Le géant de l'industrie musicale Universal Music Group (UMG) a cité l'IA comme l'un des facteurs de rupture de ses négociations avec le réseau social TikTok, qui a abouti au retrait de la plateforme de la musique des nombreux artistes d'UMG.