Un article écrit par Radio-Canada

L’OTAN veut s’engager à long terme aux côtés de l’Ukraine

International > Politique internationale

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, en point de presse à son arrivée à une rencontre de l'Alliance à Bruxelles, mercredi. Il plaide pour la création d'un fonds de 146 G$ d'aide militaire à l'Ukraine.Cliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, en point de presse à son arrivée à une rencontre de l'Alliance à Bruxelles, mercredi. Il plaide pour la création d'un fonds de 146 G$ d'aide militaire à l'Ukraine.

L'OTAN veut s'engager durablement aux côtés de l'Ukraine, en difficulté face aux forces russes, en assurant une aide militaire « à long terme » et « prévisible », a assuré mercredi son secrétaire général Jens Stoltenberg.

Nous devons assurer une assistance militaire fiable, prévisible et à long terme pour l'Ukraine, a déclaré M. Stoltenberg peu avant une réunion à Bruxelles des ministres des Affaires étrangères de l'Alliance.

Ces derniers devraient discuter d'une proposition de création d'un fonds de 100 milliards d'euros (146 G$ CA) sur cinq ans pour aider Kiev.

Moscou doit comprendre qu'ils [les Russes] ne peuvent pas atteindre leurs objectifs sur le champ de bataille et attendre qu'on [l'OTAN] se lasse et renonce à aider l'Ukraine, a expliqué M. Stoltenberg.

Interrogé sur cette proposition d'un fonds de 100 milliards d'euros, le secrétaire général de l'OTAN s'est refusé à donner des détails, expliquant que les discussions allaient débuter cette semaine en vue de trouver un consensus parmi les 32 pays de l'OTAN avant leur sommet en juillet à Washington.

Cette proposition se heurte toutefois au scepticisme de certains pays alliés, qui s'interrogent sur le financement d'un tel fonds. L'OTAN n'a ni budget ni moyens d'encourager à lever des fonds, a ainsi souligné un diplomate de l'OTAN mercredi.

Je ne crois pas que cela ait grand sens de discuter de contributions individuelles ici à nouveau et de jongler avec des chiffres, a déclaré à son arrivée au siège de l'OTAN la cheffe de la diplomatie allemande, Annalena Baerbock.

Dans une déclaration commune publiée mercredi, Mme Baerbock et les ministres des Affaires étrangères français, Stéphane Séjourné, et polonais, Radoslaw Sikorski, ont également averti de la nécessité pour les Alliés de rester aux côtés de l'Ukraine.

Nous ne devons pas nous reposer sur nos lauriers, nous devons assumer le fait que ce moment peut définir l'avenir dans lequel nos enfants vivront, affirment ces ministres, qui appellent dans cette déclaration tous les pays de l'OTAN à consacrer au moins 2 % de leur PIB aux dépenses militaires.

Cet objectif avait été fixé en 2014 par l'OTAN, mais seulement une vingtaine de pays ont atteint ce seuil.

L'Ukraine réclame plus d'armement

L'Ukraine réclame de ses alliés davantage d'aide militaire face à la Russie, désormais à l'offensive sur le terrain et dont les forces pilonnent les infrastructures énergétiques ukrainiennes.

L'Ukraine est actuellement le seul pays au monde qui se défend contre des missiles balistiques presque chaque jour, a déclaré mercredi le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba sur X, à son arrivée au siège de l'OTAN.

C'est pourquoi tous les missiles Patriot (utilisés pour la défense antiaérienne) disponibles dans le monde devraient être envoyés en Ukraine dès que possible, a-t-il souligné.

Le secrétaire général de l'OTAN s'inquiète pour l'Ukraine

Le secrétaire général de l'OTAN, qui quittera son poste en octobre après dix ans à la tête de l'Alliance, s'est montré inquiet de la situation sur le champ de bataille.

Les forces russes sont prêtes à des pertes considérables pour des gains territoriaux minimes, avec très peu de respect pour la vie humaine, a-t-il souligné. C'est pourquoi la situation sur le front est si difficile, a-t-il martelé.

Les forces ukrainiennes doivent rationner les obus d'artillerie qu'ils tirent face aux forces russes, faute d'en recevoir suffisamment, a encore expliqué M. Stoltenberg. Selon certains experts, le rapport est d'un obus tiré côté ukrainien contre cinq, côté russe.

Il a également déploré le blocage d'une aide des États-Unis de plus de 60 milliards de dollars au Congrès en raison du veto d'élus républicains favorables à l'ancien président américain Donald Trump.

Tout retard a des conséquences sur le champ de bataille, a-t-il insisté, jugeant essentiel de transformer les annonces à court terme en engagements à long terme, sur plusieurs années.

La Hongrie opposée à une offensive de l'OTAN contre Moscou

Un engagement plus important de l'OTAN aux côtés de l'Ukraine se heurte toutefois à l'opposition de la Hongrie, pays membre de l'Alliance atlantique resté le plus proche de Moscou depuis l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février 2022.

Le chef de la diplomatie hongroise Peter Szijjarto a réaffirmé mercredi cette opposition : La Hongrie ne soutiendra aucune proposition de l'OTAN qui pourrait rapprocher l'Alliance de la guerre ou la faire passer d'une coalition défensive à une coalition offensive, a-t-il écrit sur X.