Un article écrit par Radio-Canada

Proche-Orient : Pierre Poilievre courtise ouvertement Israël

Politique > Politique fédérale

Le chef du Parti conservateur du Canada, Pierre Poilievre, lors d'une conférence sur l'antisémitisme, à Ottawa, le 17 octobre 2023.Cliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
Le chef du Parti conservateur du Canada, Pierre Poilievre, lors d'une conférence sur l'antisémitisme, à Ottawa, le 17 octobre 2023.

Il promet de définancer l'UNRWA et toutes les organisations qui prônent l'antisémitisme au pays.

Le chef du Parti conservateur du Canada, Pierre Poilievre, qui s’était montré plutôt réservé ces derniers mois sur le conflit israélo-palestinien, a consolidé son appui public envers Israël lors de récents discours dans des synagogues du Québec.

Alors qu’il était invité la semaine dernière à prendre la parole dans la synagogue orthodoxe de la congrégation Beth Israël Beth Aaron, à Côte-Saint-Luc, sur l’île de Montréal, Pierre Poilievre a donné un aperçu de la politique qu’aurait un futur gouvernement conservateur à l’égard de la situation au Proche-Orient.

Source de division et de conflit depuis des décennies, la situation au Moyen-Orient est l'un des sujets les plus épineux actuellement pour les politiciens canadiens, qui ont évité jusqu’ici de prendre officiellement parti compte tenu d’un risque de retour de bâton d'un côté comme de l'autre.

À la Chambre des communes, M. Poilievre n'a lui-même fait référence à Israël ou à Gaza que quelques fois et avec retenue, et cela, même si son parti a voté contre la motion du NPD qui réclamait la reconnaissance d’un État palestinien dans le cadre d'une solution négociée à deux États.

Or, il en va autrement hors de la Chambre des communes. Le chef conservateur s'est en effet rangé ouvertement aux côtés d'Israël lors de récents discours dans des synagogues de Montréal et de Québec. Une prise de position très bien accueillie par ces communautés.

Lors d'une allocution à la synagogue de Québec, le 26 mars dernier, M. Poilievre a notamment été présenté comme le prochain premier ministre du Canada. Une vidéo de l'événement obtenue par CBC News montre le discours de 33 minutes de M. Poilievre ponctué d’applaudissements, voire d'ovations, de la part des personnes présentes.

La délicate question du territoire

En plus de mettre en valeur sa connaissance de la religion et de la culture juives en parsemant son discours d’anecdotes de voyage de jeunesse en Israël, de références et d’expressions familières à la communauté juive, Pierre Poilievre a poussé son discours d'un cran en déclarant : Le peuple juif est le seul peuple que je connaisse qui, dans la même langue, pratique la même foi sur la même terre, dans le même pays, comme il le faisait il y a 3000 ans. C'est un véritable peuple autochtone. Des propos qui lui ont valu de chaleureux applaudissements.

Or, l’appartenance du territoire est une question des plus sensibles pour les gouvernements qui se sont succédé à Ottawa dans la mesure où la source première du conflit au Moyen-Orient vient du fait que les Israéliens et les Palestiniens affirment tous deux être originaires de ce territoire.

Lors de ses récits de voyages, le chef conservateur a notamment évoqué un séjour sur le plateau du Golan, au nord d’Israël, où il a assisté à des tirs de missiles depuis le Liban.

Nous avons littéralement vu de nos propres yeux le Hezbollah lancer des missiles sur le nord d'Israël et les courageuses forces de Tsahal retourner dans le sud du Liban pour riposter à l'attaque, a-t-il déclaré.

M. Poilievre a ajouté qu'à son retour au Canada, il avait contribué à une campagne de grande envergure visant à criminaliser le Hezbollah.

Rappelons que le gouvernement canadien ne reconnaît pas le contrôle permanent qu’exerce Israël sur le plateau du Golan, un territoire syrien tenu par les forces israéliennes depuis 1967 et annexé par Tel-Aviv en 1981.

Ce n'est cependant pas la première fois que les conservateurs se rangent aux côtés d'Israël dans le conflit territorial qui déchire la région depuis 75 ans. En février 2018, le chef conservateur de l'époque, Andrew Scheer, avait notamment annoncé qu'en cas de victoire aux élections de 2019, un gouvernement conservateur reconnaîtrait Jérusalem comme capitale d'Israël, tout comme l'avait fait le président américain Donald Trump en 2017.

Le Hamas, pantin de Téhéran

En ce qui a trait à la situation actuelle dans la bande de Gaza, Pierre Poilievre a réitéré, comme il l’a fait ces derniers mois, que l’attaque meurtrière menée par le Hamas contre des civils israéliens le 7 octobre dernier est l’œuvre de l’Iran qu’il accuse d’occuper la bande de Gaza par l’intermédiaire du mouvement armé palestinien Hamas.

C'est la crainte que la discorde prenne fin et que l'espoir s'installe qui a le plus terrifié le régime iranien, a déclaré Pierre Poilievre. C'est ainsi qu'ils ont orchestré l'attaque. Les dirigeants du Hamas se sont rendus à Téhéran. Ils ont reçu des fonds et des armes de Téhéran et, en fin de compte, une coordination.

Environ 1200 personnes ont été tuées dans les attaques menées par le Hamas contre le sud d'Israël et quelque 250 personnes ont été prises en otages, selon les décomptes israéliens. Selon les autorités sanitaires du territoire, plus de 32 000 Palestiniens de Gaza ont été tués lors de la riposte militaire d'Israël depuis lors.

Je suis désolé, mais je refuse de croire que des terroristes en guenilles à Gaza ont pu accumuler toutes ces armes, tous ces renseignements et cette coordination par leurs propres moyens, a déclaré le chef conservateur sous les applaudissements. Il s'agit d'un travail extérieur.

Le Canada doit, a-t-il dit, interdire sur son territoire le Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran, affirmant qu'il était responsable de l'écrasement en 2020 d'un avion de la compagnie Ukraine International Airlines, qui a tué 55 citoyens canadiens et 30 résidents permanents du Canada.

Ce groupe opère légalement sur le territoire canadien. […] Il peut recruter, coordonner, mobiliser, collecter des fonds légalement sur le sol canadien plus de trois ans après avoir assassiné 55 de nos citoyens, a renchéri Pierre Poilievre.

De tout cœur avec les familles palestiniennes

En dépit de sa sympathie affichée pour Israël, le chef conservateur s’est tout de même dit sensible au malheur que vit la population palestinienne dans cette énième guerre avec Israël.

Se disant de tout cœur avec les familles palestiniennes dépossédées de leurs biens, Pierre Poilievre a ajouté que le peuple palestinien a été transformé par le régime iranien et d'autres dictateurs de la région en l'une des pièces d’un jeu d'échecs diabolique.

Je comprends pourquoi les pressions politiques sont fortes, et je comprends pourquoi nos amis et voisins musulmans souffrent et s'expriment légitimement pour la souffrance de leurs proches à Gaza et en Cisjordanie.

Pierre Poilievre, chef du Parti conservateur du Canada

Une seule version

Le chef conservateur assure du même souffle n’avoir qu’un seul discours sur le Proche-Orient, contrairement au gouvernement Trudeau qui, selon lui, change de discours en fonction des auditoires devant lesquels il s’exprime.

Il [Justin Trudeau] envoie un groupe dans les synagogues pour dire une chose, puis il envoie un autre groupe de députés dans les mosquées pour dire exactement le contraire.

J'aime rencontrer les musulmans. Ce sont des gens merveilleux. Lorsque la question d'Israël est abordée, je dis : "Je vais être honnête avec vous. Je suis un ami de l'État d'Israël et je serai un ami de l'État d'Israël partout où j'irai", a-t-il assuré.

Définancement de l’UNRWA

Tout en assurant qu’il croit en une solution négociée à deux États, où les Palestiniens et Israël vivraient en paix et en harmonie, Pierre Poilievre a ajouté qu'un gouvernement conservateur défendrait aussi le droit d'Israël à se défendre et rejetterait toute motion ou résolution aux Nations unies qui, selon lui, ciblerait injustement Israël.

L’une des actions réclamées par le chef conservateur est la fin définitive du financement d’Ottawa à l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) pour que l'aide canadienne aille réellement au peuple palestinien qui souffre et non à ceux qui prônent le terrorisme au sein de l'UNRWA, a-t-il déclaré.

Le Canada et plusieurs autres pays ont suspendu leur financement à l’UNRWA en janvier après qu'Israël eut allégué que 12 employés de l'UNRWA étaient impliqués dans l'attaque du 7 octobre contre Israël par le Hamas. Le ministre du Développement international, Ahmed Hussen, a récemment annoncé la reprise prochaine du financement de l’UNRWA à la suite des résultats des enquêtes menées au sein de l’organisation.

Les conservateurs sous ma direction réduiront l'aide étrangère aux dictateurs terroristes et aux bureaucraties multinationales et utiliseront plutôt l'argent pour reconstruire les Forces armées canadiennes.

Pierre Poilievre, chef du Parti conservateur du Canada

Nous allons passer en revue, ligne par ligne, tous les groupes qui reçoivent de l'argent du gouvernement fédéral et nous allons supprimer tous ceux qui promeuvent l'antisémitisme dans notre pays.

Je ne sais pas de quoi le monde sera fait demain. Je ne sais pas, et encore moins dans 100 ans. Mais je sais que dans mille ans, quoi qu'il arrive, le vendredi, au coucher du soleil, il y aura un shabbat en Israël, a déclaré M. Poilievre sous les applaudissements. Ces chansons seront chantées. Le peuple juif continuera.

Les représentants du bureau de M. Poilievre n'avaient pas encore répondu aux demandes de commentaires de CBC News au moment d’écrire ces lignes.

Avec les informations d'Elizabeth Thompson

Cette nouvelle peut être consultée en arabe sur le site de RCI.