Un article écrit par Radio-Canada

À l’UBC, des élèves autochtones découvrent les métiers des sciences le temps d’un été

Science > Autochtones

Shana George (à gauche) a participé au programme seed2STEM en 2019. Elle est maintenant en deuxième année d'études de biologie à l'Université de la Colombie-Britannique, à Vancouver.Cliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
Shana George (à gauche) a participé au programme seed2STEM en 2019. Elle est maintenant en deuxième année d'études de biologie à l'Université de la Colombie-Britannique, à Vancouver.

Un programme de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) permet à de jeunes Autochtones de faire des stages d’été rémunérés dans des laboratoires. L’objectif est d’attirer davantage d’Autochtones vers les métiers des sciences, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques (STEM).

Le programme, intitulé seed2STEM, a été créé par l'International Collaboration on Repair Discoveries (ICORD), un centre de recherche sur les lésions de la moelle épinière soutenu par la faculté de médecine de l'UBC et l'institut de recherche de la régie de la santé Vancouver Coastal.

Les stages d’été durent 6 semaines et se déroulent dans les laboratoires de recherche des campus de l’Okanagan et de Vancouver de l'UBC. Ils s’adressent à des élèves autochtones des classes 9 à 12. Les participants contribuent à des projets de recherche à court terme et participent à des modules d'apprentissage hebdomadaires et à des sorties sur le terrain, fait savoir un communiqué de presse de UBC.

Créer un pont

L’objectif principal est de créer un pont vers les STEM et d'aider à éliminer les obstacles à l'éducation postsecondaire pour les jeunes Autochtones en Colombie-Britannique, explique Corree Laule, directrice associée de l'éducation pour ICORD et cofondatrice du programme seed2STEM. Nos équipes de recherche à l'UBC bénéficient également des connaissances, de l'expérience vécue et de l'énergie que les étudiants apportent au laboratoire.

Le programme a été lancé en 2018. À l’époque, il n’y avait eu qu’un seul stagiaire. L’été dernier, il y en a eu 19 – 15 au campus de Vancouver et 4 à celui de l’Okanagan.

Shana George, membre de la Première Nation Squamish, y a participé en 2019. Elle était alors scolarisée en 11e année. C’était vraiment génial parce que c’était mon premier emploi, se souvient celle qui est aujourd’hui étudiante en deuxième année de biologie à l'UBC. Cela m’a beaucoup apporté. Ça m'a ouvert les yeux au monde.

C’est super de pouvoir mettre les jeunes dans le bain, comme ça. Ils peuvent se rendre compte que les sciences, c’est vraiment chouette, et qu’il n’y a pas que les maths! Et puis après ça, l’entrée à l’université est moins effrayante.

Shana George, participante au programme en 2019

Les stagiaires reçoivent des allocations, des cartes de transport et des ordinateurs portables de prêt. Nous voulons essayer de réduire les obstacles à la participation au programme en couvrant les frais des étudiants, dans la mesure du possible, explique Cheryl Niamath, responsable de la communication et de l'administration d'ICORD et cofondatrice de seed2STEM.

Du 2 juillet au 9 août 2024

Nous espérons pouvoir obtenir un financement à long terme afin d'assurer la pérennité du programme pour les futurs étudiants, poursuit Mme Niamath. Seed2STEM a récemment reçu un financement de deux ans du Fonds d'investissement stratégique de la faculté de médecine de l'UBC afin que le programme soit étendu à cette faculté cet été, fait savoir un communiqué de l'université.

Shana George espère elle aussi que le programme va continuer. Elle envisage de continuer ses études à l’école de médecine afin de devenir médecin ou chercheuse. J'espère que ce type de programme va être étendu ailleurs, afin qu’il ouvre les yeux à des élèves autochtones de tout le Canada.

Le programme seed2STEM de l’été 2024 se déroulera du 2 juillet au 9 août, peut-on lire dans un communiqué de l'UBC. La date limite d'inscription est fixée au 2 avril, mais les candidatures seront acceptées jusqu'au début du mois de mai, en fonction des places disponibles.

Avec des informations de Renée Lukacs