Un article écrit par Marguerite Morin

Fuir la guerre en Ukraine et trouver la paix en Gaspésie

Société > Immigration

La famille Vydryhan. À droite, la grand-maman, Ludmila, est arrivée au pays en mai 2022. Sa fille Hanna, au centre, est venue la rejoindre avec son conjoint et ses enfants, six mois plus tard.Cliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
La famille Vydryhan. À droite, la grand-maman, Ludmila, est arrivée au pays en mai 2022. Sa fille Hanna, au centre, est venue la rejoindre avec son conjoint et ses enfants, six mois plus tard.

Deux ans après l’invasion russe, des réfugiés ukrainiens se sentent déjà chez eux en Gaspésie. C'est le cas de la famille Vydryhan, qui a croisé plusieurs bons samaritains sur sa route entre Kherson et Bonaventure.

La vie reprend son cours pour l’Ukrainienne Ludmila Vydryhan. La Néo-Gaspésienne, arrivée au pays au mois de mai 2022, se sent désormais chez elle à Bonaventure.

Je ne sais pas combien d’années il me reste, mais je veux passer le reste de ma vie ici, dans un pays paisible, calme, où [j’ai] déjà beaucoup d’amis, dit-elle.

J’aime ça ici comme [j’aime] chez moi. Le climat, les gens… c’est pourquoi je me sens très bien ici.

Ludmila Vydryhan

Les Vydrygan n’oublient ni les membres de leurs familles restés en Ukraine et en République tchèque ni les bombardements.

Toutefois, pour Ludmila, ce sont entre autres ces nouveaux amis qui aident, au quotidien, à reconstruire une certaine normalité. Les amis de la famille qui nous a accueillis sont devenus nos amis, raconte-t-elle.

C’est positif pour notre fils, c’est positif pour nous. La richesse d’apprendre de l’autre culture, c’est quelque chose qui nous fait grandir, mentionne pour sa part la voisine des Vydryhan, Zoli Warambwa.

Deux familles ukrainiennes ont pu être accueillies dans les MRC Avignon et Bonaventure dans les deux dernières années.

La famille Vydryhan vit sur le site de Cime Aventures, dans une maison prêtée par l’entreprise récréotouristique. L'équipe voulait faire sa part au moment où une vague de solidarité déferlait sur la Gaspésie, peu après l’invasion russe.

On est des gens qui aiment le monde, donc c’était naturel et c’est plaisant de rencontrer des gens qui viennent d’ailleurs, comme ça, affirme la directrice de Cime Aventure, Élodie Brideau. Voyant, deux ans plus tard, le contexte […] là-bas, je n’ai pas de regret d’avoir aidé du monde à sortir de là. C’est juste plate de ne pas pouvoir en aider plus, poursuit-elle.

Solidarité et générosité

Grâce à la générosité de la population, le comité Solidarité Ukraine–Baie-des-Chaleurs a pu amasser jusqu’ici près de 19 000 $ pour faciliter l’arrivée de 10 réfugiés.

Volodymyr Zmazhenko, Ukrainien d’origine, est installé à New Richmond avec sa famille depuis maintenant 12 ans. Il est le porte-parole du comité de solidarité et c’est lui qui a mis Ludmila Vydryhan et Élodie Brideau en contact.

Depuis le début de l’invasion russe, M. Zmazhenko multiplie les entrevues dans les médias, souhaitant ainsi que la situation de son pays ne soit pas oubliée. Ça m’est arrivé quelquefois déjà que le monde d’ici me demande si la guerre est finie en Ukraine. [Les gens] ne savent [pas], ils ne voient pas le sujet, ils ne voient pas les nouvelles.

Je crois que c’est important d’en parler.

Volodymyr Zmazhenko

Comme d’autres Ukrainiens loin de leur pays d’origine, impossible pour Volodymyr Zmazhenko d’oublier le conflit qui perdure dans son pays natal. Chaque jour, l’inquiétude est bien présente.

Ça fait deux ans de la guerre totale et 11 ans de celle qui a commencé en 2014. On a appris à vivre avec [le fait] d’apprendre la mort de nos proches chaque jour. Chaque matin, on vérifie nos messages, dit-il. Une partie de ses proches vivent dans la zone occupée par les Russes, une autre fait partie des forces armées ukrainiennes et une autre a été évacuée en Europe.

M. Zmazhenko souligne également que la Gaspésie a été très généreuse et que lui et sa famille ont été énormément soutenus depuis deux ans. Une bonne affaire de la guerre, c’est qu’on rencontre des gens agréables avec un grand cœur qui nous ont beaucoup aidés, confie-t-il.

Solidarité Baie-des-Chaleurs va bientôt inviter la population à aller à la rencontre des deux familles de réfugiés établies dans le secteur. Une activité aura lieu à la mi-mars à New Richmond.