Un article écrit par Radio-Canada

La présence de passeurs illégaux à la frontière dérange les citoyens à Saint-Armand

Société > Immigration

Le voisin américain d'un citoyen qui habite le long de la frontière avec les États-Unis a construit une tranchée à la demande des autorités américaines pour dissuader les passeurs. Cliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
Le voisin américain d'un citoyen qui habite le long de la frontière avec les États-Unis a construit une tranchée à la demande des autorités américaines pour dissuader les passeurs.

La présence de passeurs illégaux à la frontière dérange plusieurs résidents de Saint-Armand, à l'extrémité de la MRC Brome-Missisquoi. Le voisin d'un citoyen a même construit une très longue et profonde tranchée pour empêcher les gens de passer sur sa terre, à la demande des autorités américaines.

Il y a vraiment, depuis que le chemin Roxham est fermé, une augmentation du nombre de véhicules qui traversent allégrement d'un côté à l'autre. C'est pour ça qu'on a fait faire la tranchée. C'est pour les dissuader de passer, explique le copropriétaire de la terre agricole, Normand Litjens.

La tranchée fait 1250 pieds (381 m) de long, 6 pieds (1,83 m) de large et 4 pieds (1,23 m) de profond pour être bien sûrs de les dissuader de passer et que ça redevienne calme comme avant.

Normand Legend, citoyen de Saint-Armand

Tenaces, les passeurs, maintenant freinés par la tranchée, n'hésitent pas à détruire les barrières de métal que M. Litjens a aussi installées ailleurs sur sa propriété. Des gens sont venus ici la semaine passée. Ils ont été incapables de passer. Ils ont donc défoncé mes clôtures. La GRC avait installé des caméras. Elle les a vus passer. Les Américains ont été vigilants et les ont capturés, raconte-t-il.

La mairesse de l'endroit, Caroline Rosetti, signale que de plus en plus de citoyens manifestent leurs préoccupations à l'Hôtel de Ville, notamment en ce qui a trait aux bris de propriétés. Elle raconte aussi qu'il y a environ un an, lors de la fermeture du chemin Roxham, la Municipalité avait fait part de craintes qui se sont confirmées.

Au total, une trentaine de citoyens de Saint-Armand ont dit à la Municipalité avoir vu des gens passer sur leurs terrains pour aller vers les États-Unis dans les dernières semaines. Que des gens traversent individuellement ou de façon singulière, c'est une chose. Je vous parle de gens qui habitent depuis très longtemps tout près de la frontière. Ils sont habitués. Ils n'ont pas la panique facile. Il y a des choses qui se passent dernièrement qu'on ne voyait pas avant. Il y a des voitures abandonnées. C'est pour ça qu'ils ont sonné l'alarme, explique la mairesse, Caroline Rosetti.

Là, c'est plus grave! La semaine passée, des gens en voiture ont décidé de défoncer une clôture pour passer. C'est une action qui est inquiétante.

Caroline Rosetti, mairesse de Saint-Armand

La GRC annule une rencontre

Caroline Rosetti affirme avoir reçu l'appui de la députée fédérale de Brome-Missisquoi Pascale St-Onge, mais elle trouve que la GRC, de son côté, n'en fait pas assez. D'ailleurs, une rencontre citoyenne qui devait avoir lieu jeudi soir à l'initiative du corps policier a été annulée parce que le protocole n'avait pas été respecté. Les démarches qui avaient mené à cette rencontre n'étaient pas protocolaires. Il aurait fallu communiquer avec notre députée fédérale, qui aurait eu un conseil ministériel qui aurait déterminé s'il y avait matière à avoir rencontre ou pas. Cette rencontre se serait passée avec leurs règles à eux, explique-t-elle.

La mairesse de Saint-Armand se dit confuse, déçue et impuissante devant des autorités qui, affirme-t-elle, se renvoient la balle. Caroline Rosetti juge qu'au final, ce sont les citoyens qui sont perdants.

J'aimerais qu'il y ait action. On voit les gens de la Gendarmerie royale se promener. Mais c'est nous [les élus] qui devons gérer les questions, les préoccupations et les gens qui traversent. Ils ont besoin d'être aidés et accompagnés. Il y a des humains derrière ça. On demande de l'aide financière et humaine.

Caroline Rosetti, mairesse de Saint-Armand

De son côté, la GRC confirme qu’elle met tout en œuvre pour surveiller la frontière. Cette surveillance se fait avec des patrouilles, mais aussi par divers autres moyens. Par ailleurs, des enquêtes sont menées pour procéder à l’arrestation des dirigeants de ces réseaux de passeurs, soutient le corps policier.

Depuis la fin de l'été, on assiste à une augmentation importante du nombre de personnes qui partent du Canada vers les États-Unis de manière illégale. C'est l'inverse de quand le chemin Roxham était ouvert.

Charles Poirier, porte-parole de la GRC

La GRC rappelle que les municipalités et les citoyens sont invités à dénoncer toutes situations problématiques. Les citoyens sont les premiers qui décèlent les tendances. On les encourage à nous appeler. Ils sont nos yeux et nos oreilles, dit M. Poirier.

D'ailleurs, le corps policier se dit très ouvert à rencontrer rapidement des représentants de la Municipalité de Saint-Armand. C’est un problème de communication qui est à l’origine du report de la rencontre qui était prévue demain, selon la GRC.

Toujours d'après le corps policier, d'autres municipalités frontalières vivent la même situation que Saint-Armand. La météo et le redoux pourraient également jouer un rôle dans l'augmentation du nombre de passeurs. On ne voit pas ça quand il fait plus froid, explique le porte-parole.

Avec les informations de Marion Bérubé