Un article écrit par Radio-Canada

Des Ukrainiens ayant fui la guerre refont leur vie à Fort Saskatchewan

Société > Immigration

Le groupe communautaire Hosting Ukrainians de Fort Saskatchewan a aidé 92 personnes qui ont fui l'invasion de l'Ukraine par la Russie.Cliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
Le groupe communautaire Hosting Ukrainians de Fort Saskatchewan a aidé 92 personnes qui ont fui l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Parmi les plus de 200 000 Ukrainiens qui ont fui leur pays en guerre pour trouver refuge au Canada, près d'une centaine ont choisi la petite communauté de Fort Saskatchewan, près d’Edmonton, où ils ont trouvé hospitalité et empathie.

Originaire de Kiev, Natalia Bereziuk fait partie des 92 nouveaux arrivants ukrainiens qui se sont installés à Fort Saskatchewan, une localité située à 35 km au nord-est d'Edmonton. Elle y est arrivée à l'été 2022 avec ses deux enfants.

Comme ses autres compatriotes, elle est heureuse de faire partie d’une communauté soudée où l’entraide est de mise.

C’est dans cet esprit qu’a vu le jour, en mars 2022, Hosting Ukrainians in Fort Saskatchewan. Ce groupe d’accueil a fourni plus de 50 000 $ d'aide financière aux nouveaux arrivants ukrainiens au cours des 21 derniers mois.

Il les a accompagnés dans leurs démarches administratives en les aidant à obtenir des documents. Le groupe leur a aussi offert des cours d'anglais, organisé des collectes de dons en leur faveur et accueilli des rassemblements communautaires.

Hosting Ukrainians in Fort Saskatchewan a également servi de pont entre les nouveaux arrivants et des familles qui ont ouvert leurs portes pour accueillir ceux d'entre eux qui étaient à la recherche d'un toit.

Une veillée pour le deuxième anniversaire de l’invasion

Samedi dernier, le groupe d'accueil a organisé une veillée à l'occasion du deuxième anniversaire de l'invasion de l’Ukraine par la Russie. Des dizaines de personnes y ont assisté.

Carol Slukynski est l'une des fondatrices de Hosting Ukrainians in Fort Saskatchewan. Elle a souligné l’importance de ce rassemblement pour se recueillir et se soutenir, car de nombreux membres de la communauté ont le mal du pays et s'inquiètent de ce que l'avenir leur réserve.

J'espère qu'en continuant à exprimer nos préoccupations sur ce sujet, nous serons solidaires, nous ferons preuve de compassion, nous tendrons une main secourable à tous ceux qui fuient les guerres et nous nous comporterons en bons voisins pour les gens qui arrivent.

Carol Slukynski, une des organisatrices de la veillée

Un nouveau foyer, mais un avenir incertain

Le gouvernement fédéral a délivré près d'un million de visas d'urgence aux Ukrainiens fuyant la guerre depuis mars 2022, mais seulement 200 000 personnes avaient utilisé ces visas en novembre dernier.

Les demandes ont été clôturées en juillet dernier, mais les personnes qui en possèdent un peuvent encore l'utiliser jusqu'au 31 mars.

Accessibles à un nombre illimité d'Ukrainiens, les visas leur permettent de travailler et d'étudier au Canada pendant trois ans, le temps de décider de la suite de leur parcours.

Les personnes qui sont venues au Canada en utilisant le visa d'urgence n'obtiennent pas le statut de réfugié au pays et sont plutôt considérées comme des résidents temporaires.

Les Ukrainiens qui se trouvent au Canada munis d'un permis de travail, d'un permis d'études ou d'un permis de séjour temporaire valide dans le cadre du programme d'autorisation de voyage d'urgence Canada-Ukraine avaient droit à un paiement unique de 3000 $ par adulte, et de 1500 $ par enfant âgé de 17 ans ou moins.

Avec la fin de l'aide financière, des gens comme Natalia Bereziuk sont de plus en plus inquiets de ce que l'avenir leur réserve. Il est difficile de penser que, dans un an, je devrai prendre deux de mes enfants et retourner dans un endroit détruit par la guerre, dit-elle.

Elle ajoute : Nous ne savons pas ce qui va se passer. Les règles du jeu changent si vite, et de façon si dramatique. Il est vraiment difficile de s'adapter.

Malgré cette incertitude, Mme Bereziuk et ses autres Ukrainiens savent qu’ils peuvent compter sur la communauté unie de Fort Saskatchewan.

Les gens vous sourient, vous prennent dans leurs bras et vous remontent le moral. Cet esprit... cette convivialité, c'est quelque chose dont nous avons tous besoin.

Natalia Bereziuk

Avec les informations de Mrinali Anchan