Un article écrit par Radio-Canada

Lions de Trois-Rivières : un « sauveur » permet à l’équipe de continuer

Sports > Hockey

La rencontre des gouverneurs de l'ECHL se déroule ce mardi. (Photo d'archives)Cliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
La rencontre des gouverneurs de l'ECHL se déroule ce mardi. (Photo d'archives)

Les Lions de Trois-Rivières obtiennent un sursis au moins jusqu'à la fin des séries éliminatoires en raison d’une offre de dernière minute. L'ECHL a toutefois décidé mardi de mettre fin aux activités des Growlers de Terre-Neuve-et-Labrador.

Le directeur général de la Ville de Trois-Rivières, François Vaillancourt, a qualifié de sauveur un acheteur américain dont l’identité est encore tenue secrète.

On a sauvé l'équipe par la peau des fesses, a-t-il dit aux conseillers en séance de travail mardi.

Les négociations ont commencé jeudi dernier alors que la Ville a appris par l'entremise d'une personne interposée l'intérêt d'un groupe des États-Unis, a indiqué François Vaillancourt.

Le directeur général de la Ville est convaincu que l'acheteur potentiel gardera le club en sol trifluvien.

Les décideurs de l'ECHL doivent approuver la transaction pour qu'elle se concrétise. La décision devrait être prise d'ici trois jours.

Au cours des prochaines heures, des prochaines journées, on aura la confirmation [de la vente] et puis, ensuite, on pourra plancher sur une relation pour un plan à long terme, parce qu'on veut assurer la viabilité et la pérennité de cette franchise.

François Vaillancourt, directeur général de la Ville de Trois-Rivières

Trois-Rivières encaisse une partie de son argent

Par ailleurs, la Ville de Trois-Rivières a encaissé sa lettre de garantie bancaire, ce qui lui permet de récupérer une partie du million de dollars que lui doit l’organisation des Lions de Trois-Rivières.

Elle a empoché environ 600 000 $, et 50 000 $ devraient être récupérés dans les prochains jours.

La Ville mettrait toutefois en pause ses démarches pour recouvrer les sommes manquantes, soit près d'un demi-million de dollars, puisque l'acquéreur pourrait rembourser la dette. La Ville aurait initialement eu l’intention de mandater une firme d’avocats pour recouvrer le reste du montant.

La Ville de Trois-Rivières est actuellement propriétaire du Colisée et loue l'installation aux Lions.

La fin des Growlers de Terre-Neuve

L'entreprise Deacon Sports & Entertainment (DSE), propriétaire des Lions et des Growlers de Terre-Neuve-et-Labrador, avait jusqu'au 2 avril pour rembourser une dette contractée auprès de la ligue.

Si les gouverneurs de l'ECHL ont décidé que l'aventure des Lions pouvait se poursuivre jusqu'à la fin de la campagne, celle des Growlers n'a pas obtenu le même sursis. Les gouverneurs du circuit nord-américain ont voté pour mettre fin aux activités de l'équipe terre-neuvienne.

Sur les ondes de la station de radio VOCM, située à Saint-Jean, à Terre-Neuve-et-Labrador, Dean MacDonald, le président de DSE, a mentionné qu'une offre pour la vente des Growlers et des Lions avait été présentée, mais qu'elle avait été refusée.

Avec des informations de Jonathan Roberge, de Charles-Antoine Boulanger et une entrevue réalisée à l'émission Toujours le matin