Un article écrit par Radio-Canada

Maude Charron gagne le bronze à la Coupe du monde de Phuket

Sports > Haltérophilie

Maude CharronCliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
Maude Charron

Maude Charron a pris le 3e rang chez les moins de 59 kg à la Coupe du monde d'haltérophilie de Phuket mardi, en Thaïlande, dernière compétition qui servait de qualification en prévision des Jeux olympiques de Paris.

L'athlète de Rimouski a soulevé un total de 236 kg, un nouveau record panaméricain dans sa catégorie.

C’est un bonus, mais avec tout ce qui était en jeu aujourd’hui, je n’y allais pas pour les records. Je voulais juste rendre justice à la préparation que j’ai eue. Nous étions venus pour faire de grosses barres et c’est ce que nous avons fait, a-t-elle affirmé.

La Chinoise Luo Shifang a remporté les grands honneurs avec un record du monde de 248 kg. La Nord-Coréenne Kim Il-gyong a gagné l'argent avec 240 kg.

Cette Coupe du monde est l'une des deux épreuves auxquelles devaient absolument participer les athlètes pour espérer se qualifier pour les JO. Cette compétition n'assurait pas une qualification directe, mais est utilisée pour le classement.

Maude Charron devait se maintenir parmi les 10 premières au classement. Avant cette Coupe du monde, elle se situait au 4e échelon. Bien que sa présence dans la capitale française ne soit qu'une formalité, il faudra attendre la fin de la période de qualification, le 28 avril, pour que le tout soit officialisé.

La Thaïlande était obligatoire. J’étais dans le top 10 en arrivant, mais je devais être présente et participer à cette compétition. J'étais dans une bonne position, mais ce n'était pas le cas pour tout le monde. Nous nous attendions à ce que ce soit un peu fou, que les athlètes essaient des barres vraiment trop hautes.

Ennuyée par une tendinite à un genou, elle avait notamment dû faire l'impasse sur les Championnats du monde en août dernier.

Ce n’est pas revenu à 100 %, a-t-elle avoué. Il faut que je le fasse traiter par un professionnel chaque semaine. Un tendon, c’est long à guérir. Je pense que ce sera là encore cet été. On sait comment le gérer maintenant. Je ne peux pas dire que je suis à 100 % et je ne pourrai jamais dire que je le suis. On pousse nos articulations à la limite. Mais je suis dans la meilleure forme que j’ai été depuis le début des qualifications.

Maude Charron est fière du chemin parcouru et est persuadée qu'elle peut encore s'améliorer d'ici aux JO.

Même si j’ai eu une blessure au genou, j’ai eu une belle courbe de progression. Ça fait juste confirmer mes décisions, d’aller dans les 59 kg, avec l’entraîneur que j’ai. Depuis les Jeux panaméricains, j’ai aussi une nutritionniste.

Aujourd’hui, j’ai raté un essai seulement sur mes six. Depuis les Jeux panaméricains, j’ai tout réussi mes essais. Ça fait plus de 15 essais que je réussis en compétition. Ça démontre qu’à l’arraché, il me reste encore une marge de manœuvre. C’est la première compétition où j’ai une vraie bonne préparation, a-t-elle ajouté.

La Québécoise avait remporté l'or aux Jeux olympiques de Tokyo chez les moins de 64 kg. Un peu plus tôt cette saison, elle a obtenu l'argent aux Jeux panaméricains et le bronze au Grand Prix de Doha, au Qatar.