Un article écrit par Radio-Canada

OpenAI rejette les accusations de « trahison » d’Elon Musk

Techno > Intelligence artificielle

Sam Altman, le PDG d'OpenAICliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
Sam Altman, le PDG d'OpenAI

Le créateur de ChatGPT, OpenAI, a nié en bloc les accusations de « trahison » de sa mission initiale formulées par Elon Musk, et promis mardi dans un communiqué de demander au tribunal de les rejeter.

Le patron de Tesla, SpaceX et X (ex-Twitter) faisait partie des cofondateurs d'OpenAI en 2015 avec Sam Altman, toujours directeur général. Elon Musk a quitté l'organisation en 2018 et fait désormais partie des gens qui la critiquent avec virulence, au point de déposer une poursuite contre elle fin février.

Le milliardaire reproche à OpenAI et à Sam Altman d'avoir trahi les principes sur lesquels la société a été fondée : elle avait des statuts d'organisation à but non lucratif, devait œuvrer pour le bien de l'humanité et concevoir des programmes d'intelligence artificielle (IA) en accès libre (open source), donc accessibles, modifiables, utilisables et redistribuables.

OpenAI a reçu quelque 13 milliards de dollars américains (17,6 milliards de dollars canadiens) de Microsoft ces dernières années, et les deux entreprises commercialisent des services d'IA pour les développeurs et développeuses et les particuliers.

Contre-argumentaire d’OpenAI

Sam Altman et d'autres cadres de la jeune pousse vedette de la Silicon Valley ont détaillé leurs contre-arguments mardi, courriels à l'appui, pour montrer qu'Elon Musk ne s'était pas opposé à l'idée de transformer OpenAI afin de mener à bien sa mission : construire l'IA dite générale, c'est-à-dire au moins aussi intelligente que les êtres humains.

[En 2017], nous avons tous compris que nous allions avoir besoin de beaucoup plus de capitaux pour réussir notre mission – des milliards de dollars par an, ce qui était bien plus que ce qu'aucun d'entre nous, en particulier Elon, ne pensait pouvoir lever en tant qu'organisation à but non lucratif, explique la défense.

Elon Musk aurait ensuite proposé de fusionner OpenAI avec Tesla, qui aurait été sa vache à lait.

Face au refus de l'équipe, M. Musk a rapidement choisi de quitter OpenAI, disant qu'il prévoyait de construire une IA générale concurrente au sein de Tesla et qu'il était favorable à ce que nous trouvions notre propre voie pour lever des milliards de dollars, détaille le groupe californien.

Sam Altman et ses collègues font en outre valoir que leur société met gratuitement à disposition sa technologie à des pays et des organisations, comme l'Albanie, pour accélérer son adhésion à l'Union européenne.

En 2016, Ilya Sutskever, un des cofondateurs d'OpenAI, a écrit à Elon Musk : le terme "Open" [ouvert, en français] dans OpenAI signifie que tout le monde devrait bénéficier des fruits de l'IA une fois qu'elle est construite, mais il est tout à fait acceptable de ne pas partager la science, ce à quoi l'entrepreneur a répondu : ouaip.