Un article écrit par Radio-Canada

Une nouvelle appli pour les femmes qui n’aiment pas aller chez le mécanicien

Techno > Applications mobiles

Selon Stefanie Bruinsma, cette appli vise à permettre à des femmes de poser des questions de mécanique à des expertes en la matière.Cliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
Selon Stefanie Bruinsma, cette appli vise à permettre à des femmes de poser des questions de mécanique à des expertes en la matière.

Beaucoup de propriétaires de voitures ont des anecdotes selon lesquelles des mécaniciens ont tenté de leur en passer une petite vite. Or, l'idée d'apporter leur voiture chez le mécanicien peut être une source d'anxiété pour bien des femmes, selon Stefanie Bruinsma, ingénieure en mécanique. La perception d'un environnement dominé par les hommes peut les amener à se sentir intimidées et vulnérables, dit-elle.

C’est pour cette raison qu’elle a décidé de lancer une application mobile pour permettre aux femmes qui n’aiment pas aller chez le mécanicien de poser des questions à d’autres femmes expertes en mécanique.

Mme Bruinsma, de Kitchener, en Ontario, a lancé en mode bêta l’application AutoCate. Elle dit souhaiter offrir aux femmes un soutien comparable à celui d'une grande sœur qui s’y connaît en mécanique.

J'ai six sœurs aînées. Elles sont adorables et merveilleuses, mais aucune d'elles n'est mécanicienne. Bien sûr, lorsqu'elles ont un problème, elles m'appellent. Je me suis donc demandé comment rendre cette petite ou cette grande sœur plus accessible à tous ceux qui ont le même problème.

La plateforme met en contact les propriétaires de voitures avec des expertes automobiles pour des consultations éducatives et des conseils avant qu'elles ne prennent des décisions concernant leur véhicule.

Les membres d'AutoCate peuvent s'abonner à un service mensuel pour consulter des expertes par téléphone ou par vidéoconférence. Ces expertes peuvent les aider à faire les choses suivantes :

Les membres ne pourront pas faire réparer leur voiture par l'intermédiaire de cette plateforme, mais les experts mis à leur disposition veilleront à ce qu'ils n'aient pas à suivre le processus seuls.

Imaginez quelque chose qui s'apparente à de la télésanté. Vous avez quelqu'un que vous pouvez appeler et qui peut rapidement faire le tri, explique Mme Bruinsma.

Brittany Blake, une résidente de Kitchener propriétaire d'une voiture, reconnaît l'utilité d'un tel service.

C'est un peu ironique parce que mon frère a toujours été très doué pour tout ce qui touche à l'automobile, si bien qu'il est maintenant mécanicien diesel. Mais chaque fois que j'allais faire vérifier ou réparer un véhicule, j'étais angoissée et je ne savais jamais vraiment de quoi il s'agissait ni pourquoi j'étais angoissée, dit-elle.

Elle attribue ces sentiments à un manque de confiance dans les connaissances du mécanicien.

Je ne sais toujours pas quand les choses doivent être réparées, mais j'ai commencé à trouver des mécaniciens en qui j'avais confiance, explique Mme Blake.

L'un d'eux était un bon ami et m'emmenait dans le garage pour me montrer et m'apprendre sous la voiture à quoi cela ressemblait et de quoi il parlait.

Mme Bruinsma espère qu'AutoCate contribuera à changer la donne dans l'industrie automobile en offrant aux femmes les outils et les ressources dont elles ont besoin pour se sentir plus à l'aise et en confiance.

Lorsque quelqu'un entre dans un atelier de mécanique, je pense qu'il est de la responsabilité des gens de cet atelier d'éduquer cette personne, et ce n'est tout simplement pas ainsi que l'industrie a fonctionné. Ce secteur n'est pas conçu pour enseigner et éduquer les gens au sujet de leur propre véhicule. Je pense donc que c'est là que l'industrie a des lacunes en matière de services.

L'inspiration derrière AutoCate est née des propres expériences de Mme Bruinsma en tant que femme dans l'industrie automobile.

Dès le début de sa carrière, des propriétaires de garage m'ont regardée et m'ont dit : "Je n'engage pas de filles", ou : "Si je t'engageais, tu serais une distraction pour les autres gars du garage." Elle a donc désiré contribuer à faire bouger les choses.

Nous ciblons les femmes, mais notre plateforme est bien sûr ouverte à tous, ajoute-t-elle.

AutoCate est encore en phase de développement, mais Mme Bruinsma est convaincue que son service a le potentiel de révolutionner l'expérience des femmes dans l'industrie automobile.

Avec les informations de Karis Mapp, de CBC