Un article écrit par Radio-Canada

Les ados en Floride devront avoir l’accord parental pour être sur les réseaux sociaux

Techno > Amériques

La plupart des réseaux sociaux sont déjà interdits aux moins de 13 ans.Cliquez ici pour afficher l'image d'en-tête
La plupart des réseaux sociaux sont déjà interdits aux moins de 13 ans.

Le gouverneur de la Floride Ron DeSantis a signé lundi une loi visant à restreindre l'accès des moins de 16 ans aux réseaux sociaux au moment où leur effet sur les jeunes suscite de l'inquiétude aux États-Unis.

La loi, qui entre en vigueur en janvier prochain dans cet État du sud-est des États-Unis, stipule que les moins de 14 ans ne pourront pas ouvrir un compte sur un réseau social. Les ados de 14 et 15 ans devront obtenir un accord parental pour s'inscrire sur ces plateformes.

Nous essayons d'aider les parents à avancer sur un terrain difficile.

Ron DeSantis, gouverneur de la Floride

Le président de la Chambre des représentants de la Floride et principal instigateur du projet, Paul Renner, s'est félicité de l'adoption de la loi.

Nous savons [...] que davantage de crimes sont commis contre des enfants sur les réseaux sociaux que n'importe où ailleurs, a-t-il déclaré. Nous savons aussi que les réseaux sociaux ont un effet dévastateur sur la santé mentale de nos enfants.

La plupart des plateformes fixent à 13 ans l'âge minimum pour ouvrir un compte, mais cette règle est facile à contourner.

Les entreprises qui n’arrivent pas à supprimer dans un délai raisonnable les comptes appartenant à des personnes de 14 ou 15 ans s’exposent à des poursuites judiciaires et une amende pouvant aller jusqu’à 10 000 $US (13 600 $CA) en dommages et intérêts par violation.

Dans ce projet de loi, tous les sites web contenant de façon substantielle du matériel préjudiciable aux personnes mineures – comme de la pornographie – devront également vérifier l’âge des internautes de façon anonyme, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent conserver les données d'identification une fois la tâche terminée.

Les sites contrevenants s’exposent à des amendes allant jusqu’à 50 000 $US (67 900 $CA) par compte.

Des questionnements

Des critiques de cette loi estiment qu'il revient aux parents, et non aux autorités, de surveiller l'utilisation des réseaux sociaux de leurs enfants. D'autres s'inquiètent d'une possible violation du premier amendement de la Constitution qui garantit la liberté d'expression.

Paul Renner a balayé ces arguments, affirmant que les plateformes créent une dépendance nocive. La consultation permanente, les mentions J’aime et les cœurs qui donnent un petit coup de dopamine [...] incitent à rester en ligne de plus en plus longtemps.

Ron DeSantis avait rejeté un autre projet de loi interdisant l'utilisation des réseaux aux moins de 16 ans en estimant que le texte ne tenait pas suffisamment compte de la volonté des parents.

Le gouverneur, qui s’était porté candidat à l'investiture républicaine de la prochaine présidentielle, sans succès, a répété maintes fois que les parents devaient avoir davantage de contrôle sur les décisions concernant leurs enfants, en particulier en matière d'éducation.

En Floride comme dans d'autres États, le législateur a cherché à accorder aux parents plus d'influence dans des domaines considérés comme controversés tels que les cours sur les sujets liés à l'orientation sexuelle et l'identité de genre.